Je suis une écolo qui ne sent pas des pieds

Mousse qui pique les yeux (aie), cheveux qui grincent sous la douche, compositions obscures, bouteilles et flacons à usage unique qui font déborder la poubelle noire et celle de tri, allergie, sécheresse et rougeur cutanés, scandale sur le paraben, les perturbateurs endocriniens et les microbilles de plastique… Ben un jour, j’en ai eu marre de faire semblant que tout cela était normal. Et j’ai changé. Et je ne pue pas des pieds pour autant !

Lors de ma troisième année de licence (2014-2015), je suis partie étudier à l’étranger : en Finlande, mon pays chouchou. Là-bas, j’ai découvert, testé et adopté une nouvelle routine corporelle. En Finlande, j’ai appris deux choses qui ont changé ma vie.

FLASHBACK

Je me revois dans les rayons d’Yves Rocher. Avec ma super carte postale adressée spécialement à mon nom pour mon anniversaire. 30 % !! Trop cool. J’allais pouvoir m’acheter la grande bouteille de lait corporel à l’abricot. La meilleure odeur du monde. Sauf quand c’est l’été. Là, c’est le monoï. En plus, c’est des plantes. C’est naturel (enfin, je crois).

D’abord, il y a beaucoup de formes de corps

Et ça je l’ai appris au sauna. Le sauna est un rituel au moins hebdomadaire, si ce n’est quotidien. Il est courant d’y aller nu·e·s entre ami·e·s ou en famille. Imaginez : vous vous asseyez sur un banc pendant 15 minutes dans une pièce chauffée entre 70 et 80 °C. Dès que vous ne pouvez plus supporter la chaleur, vous sortez dans le jardin vous rouler dans la neige, ou bien, en été, vous baigner dans le lac. Nu·e.

La sensation est incroyable. De la même manière où votre peau chauffe très fort lorsque vous restez longtemps sur votre serviette de plage, le moment où vous faites un plouf dans la mer… c’est la plénitude ! Vous redécouvrez votre corps et vous vous sentez légèr·e.

Comme beaucoup d’autres étudiant·e·s étrangèr·e·s à ce moment-là, j’ai pris conscience que je possédais un corps. Mais aussi que les autres avaient des corps. Et que nous étions belles et beaux, puisque la nature qui nous entourait l’était pareillement.

Le sauna finlandais sublime les corps et souligne la fragilité et la petitesse de notre vie dans ce vaste monde.
J’ai compris combien nous dépendions des éléments. C’est à la fois fascinant et effrayant.

Et puis, on peut prendre soin de soi différemment

Dans les saunas traditionnels, il n’y a pas l’eau courante. Soit on va chercher l’eau à la rivière/au lac avec un seau pour se laver à l’intérieur du sauna (en hiver) (cela force à être économe, car c’est un travail physique et froid), soit on se baigne directement et l’on se lave… à l’eau ! Certain·e·s de mes ami·e·s utilisaient des gels du commerce, mais la plupart, après s’être frotté·e·s au gant, au sucre ou à l’argile, ne se lavaient qu’à l’eau ou avec un savon artisanal.

C’est en l’expérimentant dans mon corps que j’ai compris que se doucher et se laver ne voulait pas dire la même chose. Dans le premier cas, on se passe sous l’eau en appliquant du produit astringent, dans le second cas, les pores sont dilatés, le corps frotté avec différentes brosses ou un gant grattant pour se débarrasser des peaux mortes et des impuretés. On devient propre après avoir pris le temps de prendre soin de soi.

En plus de ma conception de la propreté, il me semblait que je devais revoir celle de l’hydratation et de la beauté en général. J’ai passé au peigne fin ma salle de bain (vous apprécierez le jeu de mots). J’ai fini les produits en cours, je me suis défait de ceux dont la date de péremption était dépassée et j’ai jeté les produits dangereux pour ma santé : contenant notamment du phénoxyéthanol (toxique pour le sang), du limonène (allergène), du sodium lauryl sulfate (agents moussants irritants issus de l’huile de palme et du pétrole) ou encore du dioxyde de titane. En n’achetant plus certains produits, j’ai pu réinvestir une partie de mon argent dans un équipement qui me permet de prendre soin de mon corps, de ma peau, de mes cheveux et de ne générer presque aucun déchet dans ma salle de bain :

SALLE DE BAIN SANTÉ

  • Savon de Marseille pour les mains (lavabo)
  • Savon au lait de chèvre pour le corps (douche)
  • Savon noir africain pour le visage (douche)
  • Shampooing solide (douche)
  • Huiles végétales : abricot, amande, argan, arnica, carotte, coco, monoï (selon les besoins, les saisons et les envies)
  • Beurres : karité, cacao
  • Eau florale de rose
  • Aloe vera
  • Huiles essentielles (lavande, menthe poivrée, tea tree, eucalyptus, sauge sclarée, gaulthérie)
  • Maquillage d’une marque végane et écoresponsable
  • Argile verte (cataplasme, no-poo), carbonate de calcium (dentifrice)
  • Baume hydratant et nourrissant
  • Poudre de cacao (shampooing sec, maquillage)

ÉQUIPEMENT POUR LE ZÉRO DÉCHET

Soit une dépense totale de 180 €. Cela peut apparaitre comme beaucoup d’argent. Notamment concernant les règles zéro déchet. Mais je me suis équipée petit à petit. Surtout, en arrêtant le fond de teint, la multiplication des crèmes en tout genre, les chouchous qui se cassent sans cesse, les shampooings que l’on use super vite, le papier toilette (j’ai remplacé par une douchette et des lingettes lavables), j’ai réalisé énormément d’économies.

Dans ce que je possédais déjà, j’ai conservé les choses en inox (lime à ongles, coupe-ongle, pince à épiler), le matériel de maquillage durable (recourbe-cils, pinceau à poudre, taille-crayon pour crayon à maquillage), mes coquilles d’huîtres qui me servent de porte-savon, des chouchous maison (je récupère les élastiques de chaussette lorsque je fabrique des tawashis). Mon équipement durera dans le temps. Je devrais simplement racheter une coupe menstruelle en 2025 (une tous les 10 ans !), mais concernant les produits d’hygiène je dépense moins de 60 € par an. J’ai trouvé un bon équilibre pour ma santé, mon portefeuille et la planète.

Changer demande de considérer les évidences sous un jour nouveau. Cela suppose aussi de s’affranchir du regard des autres pour enfin devenir soi !

4 réflexions sur « Je suis une écolo qui ne sent pas des pieds »

  1. Je pense que je préfererais me jeter dans une poubelle de tri plutôt que dans l’eau froide après le sauna ! 🥶

    Aimé par 1 personne

    1. Ahahah ! Le bain nordique est en tout cas meilleur pour la peau que le bain de déchets 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Emplacement Paris | Orléans E-mail lesmouvementszero@gmail.com Heures Tous droits réservés © 2019 Les Mouvements Zéro (micro-entreprise 824 453 385 000 18 dirigée par Justine Davasse)
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close