Accro au smartphone

J’ai un smartphone depuis 3 ans et en plus d’être devenue accro, je participe à une pollution bien moche… Alors comment faire ? J’ai compilé quelques bonnes résolutions à prendre avec notre smartphone à partir de 2019 !

C’est quoi le problème ?

Il y a plusieurs facteurs de pollution et de gâchis dans la vie d’un smartphone, notamment à cause de sa composition, de son utilisation, de sa fin de vie et de son renouvellement. Regardons ça de plus près.

Composition

Y’a du monde dans la petite boite ! Un smartphone est notamment composé de :

  • plastique (fantastique !)
  • métaux de base (cuivre, métaux ferreux)
  • métaux précieux (argent, or)
  • métaux rares (cobalt, lithium, tantale)
  • minerais (cadmium, étain, nickel, mercure, plomb, zinc)
  • éléments chimiques (carbone, antimoine)
  • terres rares (le scandium, l’yttrium, et 15 lanthanides)

« Fun Fact »

Saviez-vous que la plus grande mine de fer du monde (2km de profondeur) se trouve à Kiruna en Suède ? Je suis passée en train par cette ville qui est sur le point d’être rasée de la carte et déplacée à plusieurs kilomètres de là (le train aussi du coup). Et ce pour pouvoir continuer à creuser. Fascinant…

Focus sur les terres rares

Leur extraction et leur raffinage rejettent des éléments toxiques dans l’environnement (métaux lourd, acide sulfurique, uranium…) ce qui pollue la terre, l’eau et l’air (bon appétit !). La Chine assure la majorité de la production mondiale, notamment parce que les travailleurs y sont peu payés, mais aussi parce que les normes environnementales y sont plus flexibles que dans d’autres pays. Malheureusement, la technologie dite « verte » (l’éolien par exemple) est très gourmande en terres rares. Et on creuse même les fonds marins pour en trouver. Vive l’environnement (et les droits humains…).

Utilisation

Sur un smartphone il y a Internet, mais aussi un tas d’applications énergivores, un moteur de recherche, un cloud etc. Bien qu’elles soient virtuelles pour nous, nos données sont stockées réellement dans des DATA center qui nécessitent une alimentation en énergie électrique. Cette énergie peut provenir de source fossile comme le charbon (des gros trous dans la terre !), le nucléaire (des déchets cachés au fond de la mer!), les gaz de schiste (le nom fait rêver). Et même si l’énergie provient de l’éolien, il faut quand même faire appel aux terres rares pour la concevoir… on s’en sort pas, non ?

Fin de vie

Combien parmi nous ont dans leurs tiroirs de vieux téléphone qui ne fonctionnent plus (je lève la main) ? Aller on arrête de chipoter : si ça marche plus on le donne, c’est tout ! Mais pourquoi c’est si dure de donner ? Je vois deux raisons principales. Il y a d’abord un manque de connaissances de l’offre et aussi, le levier psychologique des « coûts irrécupérable ». Ce blocage psychologique, c’est notre incapacité à faire abstractions de la somme qu’un objet à coûter. Ainsi, lorsque l’on conserve notre téléphone, même au fond d’un tiroir, on a la fausse bonne impression de le rentabiliser. On a l’impression de ne pas avoir « perdu » notre argent, alors qu’en vérité, l’argent est déjà dépensé depuis longtemps : ce n’est plus une valeur active. En revanche, en donnant son smartphone on recrée de la valeur pour un nouveau secteur économique. Et ça c’est top !

Renouvellement

En moyenne en France, une personne change de smartphone tout les 2 ans. La faute à qui, la faute à quoi ? Deux possibilités :

  • L’obsolescence technologique : c’est l’ensemble des pratiques délibérées du fabricant pour pousser au renouvellement de l’achat : comme le jour où Apple a incité ses utilisateur·trice·s à télécharger une mise à jour logicielle qui bridait volontairement les performances du téléphone. Techniquement, on connaït la technique des batteries ou des vis collés qui rendent impossible (ou difficile) la réparation. Selon la loi française, ce sont des pratiques illégales. L’association HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée) informe et mobilise sur ces questions.
  • L’obsolescence émotionnelle : c’est lorsque, même s’il fonctionne parfaitement, on se trouve lassé de son téléphone. C’est une chose que l’on retrouve souvent avec les vêtements. Un peu moins avec les objets que l’on considère être purement fonctionnel (bouilloire, congélateur). Le smartphone est à la fois fonctionnel (c’est mon partenaire indispensable lorsque je voyage en itinérance), mais il est aussi le reflet de nous-même. Et comme on aime bien se percevoir à la mode : le calcul est vite fait. Le renouveau apporte instantanément du plaisir (ps : ça pourrait presque s’appliquer aux humains, non ?).

Ce que l’on peut (doit ?) faire à son échelle

Vous vous souvenez des 5R de la démarche zéro déchet ?

REFUSER

Certain·e·s résistent encore !

RÉDUIRE

Si on ne peut se passer d’un smartphone, alors on peut au moins apprendre à optimiser son utilisation afin d’allonger la durée de vie de notre appareil. Les parties fragiles sont l’écran et la batterie (elles n’aiment pas les surchauffes). Voici quelques conseils d’utilisation :

  • Protéger l’écran d’un film en verre trempé
  • Désactiver le vibreur
  • Mettre son téléphone en mode avion
    • La nuit pour éviter les ondes dans la tête
    • Dans les zones à faible signal (en montagne, à la campagne, avion, train, métro) pour éviter les ondes dans la tête ! Vous pourrez réactiver le mode normal quand vous aurez besoin de passer un coup de fil ou d’utiliser un wifi
  • Charger la batterie
    • Maintenir la charge entre 20% et 80% (en deçà et au delà cela endommage sa durée de vie) : donc il faut éviter de recharger la nuit !
    • Enlever la coque de protection du téléphone lors de la charge (pour éviter toute surchauffe)
    • Ne pas utiliser le téléphone lorsqu’il est en charge (risque de surchauffe)
  • Fermer toutes les applications inutiles
  • Désactiver les notifications
  • Désactiver le wifi, la 4G, le Bluetooth et le GPS quand on ne l’utilise pas
  • Baisser la luminosité de l’écran

Du point de vu de l’utilisation d’Internet (et donc des DATA center) on peut limiter son utilisation des messageries instantanées et préférer les SMS qui ont une empreinte carbone bien moindre.

RÉPARER

Pour cela on passe par une plateforme comme SOSAV afin de commander des pièces détachés. On peut aussi aller chez le réparateur du coin, en s’assurant de sa bonne foi (le bouche à oreille se révélera utile).

RÉUTILISER

Pour s’équiper d’un nouveau téléphone, personnellement je suis partisane des achats d’occasion. Réutiliser c’est consommer de ce qui a déjà été fabriqué et utilisé une fois par quelqu’un d’autre. J’aime ce concept car cela allonge le cycle de vie des produits. Ça m’amène beaucoup de satisfaction (et sûrement bonne conscience). Et devinez quoi ?

Les smartphones de seconde main ça existe ! En France il y a Recommerce.com qui propose à l’achat des téléphones de seconde main reconditionnés et certifiés. Le bonus : une garantie de 1 an ! Depuis sa création en 2009 les téléphones sont rachetés, collectés, reconditionnés et revendus.

Franchement, j’ai trouvé ça top ! C’est rassurant et bien expliqué ! Et ce qui est agréable, c’est que c’est hyper rapide à la livraison (et généralement, on a besoin vite vite d’un téléphone). Le packaging est super aussi (une espèce de grande canette, un peu comme un tube pour les affiches). Je trouve que c’est à la fois très malin, design et sans faire de gros déchets. Depuis cet été, je n’ai pas eu de problème avec mon téléphone et je sais qu’il est garanti 1 an donc ça laisse un peu de marge pour un smartphone de seconde main ! Témoignage de Claire –

Alors cette année prenez de bonnes résolutions avec votre smartphone : recyclez celui qui est cassé et achetez le suivant d’occasion ! À l’occasion de cet article, Recommerce.com nous offre un code de réduction de 5% pour tout achat d’un smartphone reconditionné entre le 01/01/2019 et le 31/01/2019 ! Il suffit de renseigner RECOM-438C

L’occasion c’est une alternative écologique au rachat neuf. C’est aussi un bel exemple d’économie circulaire qui aide les consommateur·trice à réduire leur empreinte écologique. En effet, on estime que c’est une économie comprise entre 30 et 40kg de matières premières qui seraient nécessaires à la fabrication d’un téléphone neuf. Dans le monde, le marché du téléphone reconditionné est un secteur économique lucratif puisqu’en 2017 le secteur valait 21 milliard d’euros et 7% des mobiles vendus dans le monde ! Pensons aussi qu’il s’agit d’emplois crées et d’une baisse de la demande pour faire des trous dans la terre pour capter des métaux (et exploiter des gens).

RECYCLER

En revanche, lorsque notre téléphone est complètement hors d’usage (ou qu’il ne nous est plus utile), il rentre dans la catégorie de ce que l’on appelle un D3E : déchet d’équipements électriques et électroniques. Orienté dans la bonne filière, il pourra alors être recyclé. Pour cela, la solution la plus rapide est de le rapporter au magasin où on l’a acheté.

Mais on peut également se tourner vers des systèmes de recyclage solidaire avec Envie (réinsertion sociale), Emmaüs (via les ateliers du bocage), l’association Pour la vie (recherche scientifique contre la myopathie de Duchenne) ou la fondation Monextel (don à des associations caritatives).

Et si je veux du neuf ?

Et bien dans ce cas, il n’y a qu’un produit, pour le moment, qui se positionne comme smartphone éthique. Il existe des débats sur cette position de leader éthique, mais ce n’est pas le sujet du jour. Pour se procurer le Fairphone, on peut également le louer avec la coopérative Commown et ainsi participer à l’économie de la fonctionnalité.

À la toute fin y’a quand même du déchet

C’est exact. Même le combo achat de seconde main + veiller à allonger la durée de vie de son smartphone ne fait que fait que décaler le problème du déchet dans le temps. C’est pourquoi il est important de réduire sa consommation de neuf et de continuer à investir massivement dans la recherche afin de développer les techniques de dépollution et de valorisation des composants en matières premières secondaires.

À vos smartphones ! Prêt ? Partez : Bonne année !


Recommerce est un des partenaires financiers de mon voyage zéro déchet dans les pays du Nord et les pays Baltes. Cependant, aucun éléments langagiers ne m’a été imposé lors de l’écriture de ce texte. La raison pour laquelle je l’ai écrit c’est que je crois en ce modèle économique de la seconde main, autant pour mon équipement maison, mes vêtements et mon électronique !

Profitez du code de réduction de 5% pour tout achat d’un smartphone reconditionné entre le 01/01/2019 et le 31/01/2019 ! Il suffit de renseigner RECOM-438C


L’ensemble de mes recherches ont été effectué via le moteur de recherche Lilo. En collectant et en distribuant mes gouttes d’eau, j’ai participé au financement de l’association Wings of the Ocean. Avec son voilier le Kraken, elle travaille à la dépollution des océans de son plastique tout en offrant une plateforme de recherche pour les océanologues.

Image de couverture : Florian Belmonte

8 réflexions sur « Accro au smartphone »

  1. Le Mari De La Maîtresse 1 janvier 2019 — 15 h 39 min

    Excellent comme d’habitude.

    >Maintenir la charge entre 20% et 80% (en deçà et au delà cela endommage sa durée de vie)
    Mmmm… vieille légende urbaine qui date des batteries NiCad de notre enfance…

    Je plussoie tout le reste. Notez que votre adhésion à Facebook et Twitter génère par sa simple existence un trafic internet, donc de l’énergie et de l’archivage sur des disques durs pleins de p’tites molécules rares. Dans la vie numérique saine, on n’adhère pas aux réseaux asociaux. 😉

    J'aime

    1. Merci 😉 Mais est ce que la légende urbaine ce n’était pas plutôt de dire qu’il fallait que les batterie se décharge complètement avant d’être rechargé ? J’ai grandi avec cette idée jusqu’à ce que plusieurs sources me confirment que les batteries avaient évolué : conférences lors du festival Zero Waste de juin 2018 notamment, mais aussi : http://www.slate.fr/story/13027/quatre-trucs-essentiels-pour-ameliorer-la-duree-de-vos-batteries-dordinateur-telephone-c
      Quand aux réseaux sociaux… J’aurais bien du mal à éduquer les gens sans jouer avec les mêmes outils qu’eux 😉 Mais tu as bien raison, ça ne me laisse pas toujours la conscience tranquille. A mon échelle je fais ce que je peux pour limiter la casse : email perso chez lilo.org, utilisation de lilo.org comme moteur de recherche et électricité chez Enercoop. Je cherche aussi à relocaliser l’hébergement de mon site, mais là il me faut un.e pro parce que je n’y connaît pas grand chose !

      Aimé par 1 personne

      1. Le Mari De La Maîtresse 2 janvier 2019 — 18 h 25 min

        Mmmm… pour la batterie, les choses ont beaucoup évolué. Les batteries au lithium et principalement LiPo sont tellement complexes à piloter que des circuits complets (et complexes, du coup) y sont intégrés, mesurant courant, tension et température en permanence, gardant l’accu dans se zone de confort. D’ailleurs quelques andouilles et complotistes ont trouvé ces circuits dans des batteries de téléphones et les ont pris pour des micros espions. Lol, quoi.
        Quant à débrancher la batterie d’un ordi portable en fonctionnement, c’est bien idiot quand même parce que toute défaillance du secteur sera du coup probablement fatale au disque dur. Et un portable sans batterie, c’est plus un portable du coup… En plus, rien, absolument rien ne garantit qu’elle ne va pas quand même lâcher dès le lendemain. J’utilise assez d’ordis portable pour constater que le régulateur de charge fait ça très bien, si échauffement il y a, il ne vient pas de la batterie qui est à l’arrière.
        Je travaille dans le cadre de mon taf sur le « green IT », l’informatique verte (vertueuse). 90% de mes collègues n’en ont rien à faire et ne voient même pas le problème. On n’est pas arrivés, j’vous l’dis.

        Passez une bonne fin de semaine, continuez, cette réflexion est toujours utile.

        J'aime

      2. Le Mari De La Maîtresse 2 janvier 2019 — 18 h 26 min

        > J’aurais bien du mal à éduquer les gens sans jouer avec les mêmes outils qu’eux 😉
        Je sais pas. Vraiment, l’info est mon métier et je n’ai ni FB ni Tweeter et je m’en porte à merveille.

        J'aime

      3. Et donc quels seraient tes recommandations pour allonger la durée de vie des batteries ? (bien sur au bout d’un moment elle mourront mais le plus tard le mieux !)

        Aimé par 1 personne

      4. Le Mari De La Maîtresse 6 janvier 2019 — 17 h 51 min

        Éviter la décharge profonde, se servir de l’ordi sur la batterie de temps en temps jusque vers 10-20% de capacité de celle-ci, éviter la chaleur d’une voiture en plein été, s’en servir normalement, sinon.

        Nous avons deux PC portables identiques à la maison, deux HP qui ont 4 ans. L’un est branché 24/24, la batterie a flanché d’un seul coup il y a un an, même pas 10s d’autonomie. L’autre, celui de mon épouse, fonctionne à merveille, jusqu’à plus d’une heure. La différence ? Des fois elle oublie de brancher l’adaptateur chargeur et utilise la batterie pour ce qu’elle est : une réserve d’énergie. Le reste du temps, sa machine est branchée 24/24 ou presque.

        Mais un exemple ne saurait être une règle générale.

        J'aime

  2. Facile, tu roules pour ton business 😉

    J'aime

    1. Tu veux dire que je fais la promotion du zéro déchet ?! Tout à fait 😉 Sinon, je travaille à mon compte même si, comme dans ce cas là, je décide de mettre en avant une marque qui m’a sponsorisé pour mon voyage zéro déchet dans les pays du Nord et pays Baltes.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close