Chapitre 1

J’ai rompu avec mon sopalin

20180821_091132

Faire sa vaisselle, désinfecter la gazinière, remplir les placards, le frigo, le garde manger… On fait toutes et tous ça depuis longtemps, ça fait parti de notre quotidien, c’est normal.
Mais un jour, alors que j’étais encore étudiante, j’ai regardé mon rouleau de sopalin vide et j’ai soupiré à l’idée de sortir en racheter au Carrefour à côté.

FLASHBACK Je revois les placards de ma mère remplis à en déborder de sopalin, papier toilette et mouchoirs en papier. Des bonnes affaires du type 99 achetés – 1 offert… Des réserves. Comme en cas de guerre. Sauf que là, c’était surtout en cas de flemme. Faire le plein pour anticiper le vide intersidérale et l’angoisse de ne pouvoir un jour essuyer une tâche, un petit pipi ou un nez qui coule !

« Merde, ça n’a pas de sens » que je me suis dit…

Face à ce rouleau de sopalin vide, j’ai pris une grande décision.

J’allais cesser d’en acheter. Rompre avec la « tradition familiale ».

J’allais économiser au moins 4 euros par mois, plus ce sentiment d’impuissance de « c’est comme ça ».

A la place je décidais de devenir libre et imaginative.

Pas un truc de ouf non plus, mais je sortais du carcan ménager dans lequel j’avais évolué pendant 23 ans (mon âge à l’époque de cette décision).

Le changement zéro déchet dans ma cuisine à commencé comme ça.

Bien avant que je puisse vraiment le nommer zéro déchet d’ailleurs (là j’avais 26 ans).

Le changement a commencé parce que j’en avais marre.

Car ce que je « devais faire », n’avait pas ou plus de sens pour moi.

Bilan des économies : 4€ par mois pendant 7 ans (j’ai aujourd’hui 30 ans)
= 336 €

J’ai pu réinvestir une partie de cet argent dans mon équipement actuelle qui me permet de ne générer presque aucun déchet en cuisine. Le reste a sûrement fini en carré de chocolat 😉
Petit à petit au fil des ans : j’ai acheté des serviettes de tables (et mon vieux rond de serviette gravé Justine !), j’ai récupéré les torchons « au cas où » dont ma mère ne se servait plus, j’ai découpé des lingettes de ménage dans des draps élimés récupérés dans la cave de ma grand-mère, j’ai acheté des ustensiles sains pour ma santé, une brosse à vaisselle (dont seulement la tête se change), du bicarbonate de soude, du savon de Marseille, des panier en osiers pour mes fruits et légumes…

Un seul changement ça n’a pas l’air beaucoup, mais ça l’est.
Car forcément il entraîne avec lui un véritable changement de perspective et d’état d’esprit.

Emplacement Paris | Orléans E-mail lesmouvementszero@gmail.com Heures Tous droits réservés © 2019 Les Mouvements Zéro
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close