Transition : du zéro déchet au survivalisme

Je suis zéro déchet depuis que j’ai compris que le plastique qu’il y avait dans la mer, c’était le plastique qu’il y avait dans mon frigo. J’ai par la suite rencontré des gens de tous les horizons de la transition. Puis, comme dans une suite logique, j’ai commencé à m’intéresser au survivalisme avec des ami·e·s à moi (j’en ai même fait un reportage très populaire). D’ailleurs, nous n’appelons pas toutes et tous cette démarche de la même manière, mais je décide volontairement d’utiliser ce terme que la majorité d’entre nous comprend et identifie.

 

Certain·e·s de mes ami·e·s pensent que l’on va prochainement vivre des explosions nucléaires, d’autres, des soulèvements populaires. Alors on a chacun·e·s notre façon de nous préparer : en géolocalisant sur une map un territoire résilient et sans danger potentiel pour s’y installer, en se formant aux semences libres, en équipant une Basse Autonome Durable (BAD) en campagne, en s’armant…

De mon côté, je mûri ma réflexion grâce à toutes les personnes que j’ai pu rencontrer pendant trois ans et qui ont choisi de faire « différemment » dans leur vie et qui, à mes yeux, font partie de celles et ceux qui construisent le récit de ce monde meilleur dont nous avons besoin demain. J’ai parlé avec elles, je les ai enregistré et je m’en suis inspirée. Cela est disponible pour vous aussi, si vous avez envie de vous faire votre propre avis.

Aujourd’hui, je continue ma quête de nouvelles inspirations, tout en sortant de ma zone de confort de citadine numérisée et dépendante des (super)marchés. Je cherche à mieux comprendre le déchet,  à me perfectionner dans ma pratique du zéro déchet et dans d’autres domaines indispensables pour être préparée à construire ce nouveau monde.

 

Car, oui, le postulat de cet article est que le monde dans lequel je suis née, n’est pas le monde dans lequel je vais mourir. Les énergies fossiles se tarissent, les vagues d’immigrations pour raisons de guerre ou de manque de ressources se multiplient, le dérèglement climatique est installé, l’extinction des espèces vivantes s’accélère. L’effondrement est en cela, la fin du monde tel que nous le connaissions. Mais la nature n’aime pas le vide, quelque chose de nouveau naitra. Cependant, chaque choc mérite préparation. A ce discours, je compte généralement quatre manières de réagir chez l’ensemble de mes rencontres :

  • Penser que l’effondrement n’arrivera pas et continuer sa vie selon les règles de l’ancien monde
  • Penser que l’effondrement arrivera, mais penser qu’il est trop tard et qu’on ne peut rien faire et continuer sa vie selon les règles de l’ancien monde jusqu’à…. « on verra bien »
  • Penser que ce n’est pas si pire et croire que faire sa part est suffisant (lien vers l’adaptation vidéo de l’essai de Derick Jensen : Forget Short Showers)
  • Penser que les recherches sur la collapsologie ou l’analyse de Cyril Dion ne sont pas des âneries et se préparer pour le choc de la fin de notre civilisation tout en cherchant des solutions pour la construire un nouveau monde plus résilient

Je fais donc résolument partie de cette dernière catégorie. Je me revendique plutôt de l’esprit Alternatiba puisque je crois aux alternatives de vie, mais aussi à la nécessité de l’engagement des industries et de la politique. Ainsi, pour me préparer à la fin de l’ancien monde (mouvement des preppers), j’ai établis une liste de compétences que je cherche à développer.

AUTONOMIE ALIMENTAIRE

  • Savoir planter, cultiver, récolter (en cours).
    Pour le moment je suis au point avec : l’ail, le basilic, les blettes, le cassis, le concombre, les courgettes, les fraises, les framboises, les groseilles (rouge et blanche), la menthe, les mûres, les myrtilles, l’oignons, les petits pois, les pommes de terre, la salade, le thym, les tomates
  • Savoir conserver les aliments sur la durée : congélation (acquis), séchage (en cours), conserves (en cours)
  • Savoir reconnaître les plantes sauvages comestibles (en cours).
    Pour le moment je suis au point avec : l’ortie, le pissenlit, le plantain, la fleur violette que mange l’âne dans Winnie l’ourson (mais je ne sais pas comment elle s’appelle !)
  • Savoir cuisiner en mode zéro déchet (en cours)
  • Savoir faire du pain (four ou poêle) (acquis)
  • Savoir traire des chèvres (en cours)
  • Avoir des poules

 

COMMUNICATION

  • Savoir construire un émetteur radio
  • S’équiper d’une radio amateur
  • S’équiper d’une radio dynamo

DÉBROUILLE

  • S’équiper d’outils multi-usage
  • Savoir couper du bois
  • Savoir coudre (repriser) (en cours)
  • Savoir tricoter
  • Savoir faire ses produits ménagers (acquis)
  • Recycler du papier (pour en faire du nouveau) (acquis)

 

EAU

  • S’équiper d’un filtre à eau (ok)
  • S’équiper d’un filtre familiale type Berkey
  • S’équiper de charbon actif pour purifier l’eau potable (ok)

ÉNERGIE

    • Savoir faire un feu (acquis) (mieux que sur la vidéo ^^)
    • S’équiper d’une lampe dynamo
    • S’équiper d’un chargeur solaire
    • S’équiper de piles rechargeable (ok)
    • Savoir construire un four/séchoirs solaire
    • Savoir construire une mini éolienne

HABITATION

  • Avoir des notions de construction : structure, isolation, matériaux (en cours)
  • Construire ma tiny house (j’hésite encore…)

HYGIÈNE / SANTÉ

  • Faire ses produits d’hygiène soi-même (acquis)
  • Savoir se soigner avec les plantes sauvages (en cours)
  • Savoir se soigner avec les huiles essentielles (en cours)
  • Avoir des notions de massages : articulation, muscles, tendons, nerfs (en cours)
  • Être formée aux premiers secours (acquis)

 

SE DÉFENDRE / CHASSER

  • Pratiquer le kravmaga
  • Pratiquer le tir à l’arc

TRANSPORT

  • Savoir nager (ok)
  • Savoir faire du cheval (en cours)
  • Savoir faire du vélo (en cours)
  • Apprendre à conduire un bateau

 


BONUS : le sac d’évacuation

J’en ai entendu parler pour la première fois à l’occasion du reportage que j’ai fait sur le survivalisme. Je fais par ailleurs partie de la Réserve Communale de Sécurité Civile de la ville d’Orléans et l’un de nos formateurs nous à recommander d’en avoir un aussi pour partir rapidement sur le centre d’accueil où nous serions appelé en cas de mouvement de population. Et ce n’est pas le seul puisque le gouvernement français lui-même a une page dédiée à cela. Imaginons que nous ayons seulement 10 minutes pour évacuer notre maison (gaz, nucléaire, inondation, feu…). Il vaut mieux avoir un sac tout prêt à attraper : c’est du stress en moins.

D’ailleurs, dans Harry Potter et The Deathly Hallows, Hermione dit avoir passer des semaines à préparer un sac d’urgence afin d’anticiper une évacuation rapide. Ce qui n’a pas manquer ! Sans ça, Ron et Harry auraient été bien mal… Un sac d’évacuation doit être prêt à vous suivre rapidement. Ayez le soit chez vous, soit dans la voiture ou au travail (à deux, trois arrangement près, c’est aussi le contenu que j’emmène en vacances)

SACS

Sac à dos Osprey 36L

Deux sacs tote bag en tissu : ils me servent de sac à main ou de sac de course (je les met l’un dans l’autre)

CHAUSSURES

Une paire de tongs

Une paire de chaussures pour marcher

OBJETS HYBRIDES

Un pagne : il peut servir de couverture légère, de serviette de bain, de bandana, de foulard, de robe, de jupe, de sac de secours

Une grande étole chaude : elle peut servir d’écharpe, de couverture, d’oreiller,

Une cape de pluie : grand k-way, récupérateur d’eau, isolation, protection…

VÊTEMENTS pour deux semaines (en comptant ceux sur moi)

Cinq culottes : qui me servent aussi de maillot de bain

Une brassière : qui me sert aussi de haut de maillot de bain

Quatre hauts : un débardeur, deux T-shirt, une chemise en lin

Trois bas : deux jeans, un leggings (atout chaleur, isolation et confort)

Trois paires de chaussettes (laine & bambou)

Un pull léger

Supplément grand froid : un bonnet, une paire de moufle (+ sous-gant), un gilet en laine

PRODUIT D’HYGIÈNE ET PHARMACIE

Un savon solide : je me lave le corps, le visage, les cheveux et parfois les dents avec. Je le transporte dans un sac à savon imperméable. Il est non-polluant pour l’eau et sans huiles essentielles.

Un baume hydratant : pour mon corps, mon visage, mes lèvres, mes mains, les pointes de mes cheveux (je prends de la crème solaire si nécessaire en complément).

Du bicarbonate de soude : pour me brosser les dents, à boire en cas de mal de ventre

Une brosse à dent en bois

Un mouchoir en tissu

De la crème corticoïde : je suis allergique aux piqûres de moustique

Des huiles essentielles : eucalyptus, menthe poivrée, lavande, tea tree

Du papier à cigarette : aide à la cicatrisation des coupures légères

Du paracétamol

Un préservatif

Cheveux : un peigne et une brosse à cheveux,un chouchou (toujours sur le goulot de ma gourde)

Petits outils : un coupe ongle, une lime à ongle en inox, une pince à épiler

Menstruationune coupe menstruelle et des SHL

EAU

Filtre à eau Care Plus

Une gourde inox de 75cl avec un bâton de charbon actif

Une poche à eau de 2L

COMMUNICATION

Une radio dynamo,

Mon téléphone (+ chargeur + batterie externe)

DORMIR

Imaginez que suite à une rupture de la normalité (fuite de gaz, centrale nucléaire, inondations) vous soyez redirigé·e·s vers un centre d’accueil pour une ou deux nuits.

Des boules Quies et un masque lumière : quand on dort dans un gymnase c’est mieux

Une couverture de survie : pour isoler un matelas au sol ou dépanner quelqu’un

Un sac de couchage : car il n’y en aura pas assez pour tout le monde

NOURRITURE sans eau

Dans ma lunch box en inox je mets : un mix de fruits secs, de cacahuètes, de noix et de chocolat, oléagineux (noix). Je suis aussi équipée d’une spork et un gobelet inox.

OUTILS DE BASE

Une pierre à feu et un briquet (avec de l’adhésif enroulé autours)

De la corde et un sifflet (toujours sur mon porte clé)

Un couteau

Une frontale (avec piles de rechange)

Deux pinces artiste

MES INDISPENSABLES

Deux carnets avec un stylo rechargeable et un crayon à papier (+ encre) : pour mes notes, les adresses et numéros de mes « personnes ressources »

De l’argent liquide (pièces et billets) et une CB

Un boitier à lunettes avec un chiffon : J’ai une paire de vue et une paire de solaire de vue

Mes papiers d’identité ainsi que des photocopies et une clé usb avec les documents scannés

Un plan de la région

Un livre

Une ou deux poches plastique récupérées de plus ou moins grandes tailles (pour protéger de la pluie, isoler…)

Je cite un extrait trouvé sur un blog : « Le meilleur sac d’évacuation reste la combinaison de connaissances, un bon moral, une bonne condition physique et surtout beaucoup de pratique. »

Qu’en pensez-vous ? Ces listes sont amenées à bouger, grâce notamment vos suggestions !

23 réflexions sur « Transition : du zéro déchet au survivalisme »

  1. Bonjour, chouette article donnant beaucoup d’inspiration et surtout du courage pour porter concrètement les choix que nous faisons et aller jusqu’au bout. Après tout, le changement se fait aujourd’hui sur l’échelle individuelle puis collective.
    On s’indigne beaucoup plus facilement qu’on agit. Si les derniers temps ont été difficiles pour moi par exemple, c’est parce que mes actions ne correspondaient pas forcément à mes convictions. ça évolue lentement (mais surement), je m’installe bientôt en maison et je suis ravie de pouvoir la penser différemment, pouvoir réduire considérablement les déchets que nous produisons, entretenir un potager, je me suis mise à coudre et je récupère pas mal de choses pour les réutiliser, et je pense aussi à ma grand-mère, pour qui c’étLaisser un commentaire
    ait évident de créer des contenant en tissus, d’avoir des bocaux pour ses conserves et de réutiliser ses chutes de tissus.
    cela ne sera pas évident, je le sais, mais c’est logique de passer d’abord par la case changement individuel pour contribuer au changement collectif, et de réfléchir ça et le transmettre à mon enfant, dans notre petite famille monoparentale est le minimum que je dois faire et lui transmettre. (en espérant qu’elle le perfectionnera et le transmettra à son tour).
    Merci pour cette lecture encourageante, je découvre ton blog.
    A bientôt

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton témoignage inspirant ! C’est très important de transmettre aux générations futures. Bravo 😊

      J'aime

  2. Être autonome dans la plupart de ses besoins est nécessaire même en dehors du mouvement survivalisme je pense. Ne serait-ce que pour être libre face au multinationale et lobbies et réduire un max ses dechets. Par contre il faut bien réfléchir au ingrédients et matériels car en cas d’effondrement, il ne sera peut-être pas hyper simple de trouver de l’huile de coco, du savon ou de la soude caustique pour en fabriquer, du bicarbonate, etc…, par exemple.
    Dans la rubrique chasser, est-ce que pour toi c’est pour la consommation? Car dans ce cas il faudra apprendre à plumer un oiseau, ou retirer la peau d’un mammifère (éventuellement la tanner pour l’utiliser), et à le vider…
    En plus de la couture qui est plutôt vaste (confection, racomodage, patronage,…), le tricot me semble intéressant, surtout en cas d’hiver nucléaire. Savoir fabriquer bonnet, gants, écharpe, couverture, chaussettes, me semble indispensable.
    En plante comestible tu peux essayer l’ortie, une fois cuit ça n’est plus urticant. C’est délicieux en soupe où tarte et c’est un bon remineralisant. Et on la trouve avec abondance.

    Aimé par 1 personne

    1. Ouah merci pour tout ces conseils ! Maintenant que tu le dis, je vais rajouter « Apprendre à tricoter » à la liste, d’autant plus que je peux apprendre dans ma famille de woofing chez qui je serais cet hiver (et les hivers sont longs en Finlande).

      En effet, je ne compte pas vraiment sur l’huile de coco. Aujourd’hui je l’utilise avec parcimonie en sachant bien que c’est un produit de luxe. Pour le bds et autre, je ne vois que le stockage ?!

      Pour la chasse, je ne sais pas encore bien si j’en aurais le courage, mais en tout cas le tir à l’arc m’attire beaucoup 😊

      J'aime

  3. Faire une liste est un super départ, de plus elle est bien construite et cohérente, après il faut bien définir ses propres besoins, car on ne ce prépare jamais à toutes les situations possibles. L’arc est un excellent choix.

    Aimé par 1 personne

  4. J’adorerais apprendre tout ça à titre personnel, après je me dis parfois que l’énergie consacrée à ça n’est pas consacrée à autre chose et y’a toujours un dilemme…si y’avait une catastrophe, je sais que vivant dans une famille avec des revenus acceptable, des réseaux, des personnes pour m’accueillir à différents endroits…je serais pas la plus exposée finalement, c’est toujours les plus vulnérables qui morflent le plus et ce sont aussi eux qui ont le moins accès à ces infos, à ces formations, aux articles de blog…je tourne ça en boucle dans ma tête. Évidemment ça ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire mais je me dis que c’est un truc à vraiment avoir à l’esprit et c’est parfois frustrant du coup quand je discute avec certains militants écologistes, décroissants etc, j’ai pas l’impression que ce soit toujours une préoccupation première. Peut être que je me tromper 🙂 en tout cas pour moi ces formations survivalistes ne peuvent aller que de pair avec une prise de conscience politique et une formation plus large à des réflexes militants collectifs

    J'aime

    1. Attention cependant, même les revenus confortables ne protège en rien face à une rupture de la normalité ! En cas de confinement nucléaire combien de temps peux tu résister ? Entre quelqu’un avec de l’argent qui vit au jour le jour et quelqu’un avec peu de moyen qui est déjà dans une demarche de stockage et de résilience, qui tient ce confinement dans les meilleures conditions ?

      Bien-entendu que la conscience politique est intéressante, toi et moi le savons 😊 Mais les ruptures de la normalité (nucléaire, donc électricité, donc eau courante mais aussi pétrole donc chaines d’approvisionnement) sont plus courante et les politiques ne peuvent nous en protéger.

      Aimé par 1 personne

      1. En cas de confinement nucléaire oui c’est certain, mais je pense que toutes les ruptures ne sont pas aussi soudaines, il y a des catastrophes de différents types… Après c’est clair qu’on devrait tous être un minimum formés à ça, sans aller jusqu’au plus radical survivalisme (en mode j’ai un bunker dans mon jardin), je sais que des personnes ont chez elles toujours prête une valise avec les affaires de première nécessité pour pouvoir partir extrêmement vite en cas d’évacuation. Je trouve que ça se tient et qu’on devrait tous avoir un sac de ce type finalement, y’a pas mal de situation où ça serait utile. Finalement faudrait qu’il y ait carrément des centres de formation agréés des trucs comme ça 🙂

        J'aime

      2. Le mieux est de commencer à se former seule 😊 Mais aussi sur le site du gouvernement, il y a des informations. Egalement sur le site de ta mairie, tu peux consulter les risques potentiels de l’endroit où tu vis. Tu peux commencer par écouter mon reportage sur le survivalisme, il y a des éléments très intéressants a l’intérieur. Et le courant des survivalistes bunkers est davantage américain que français 😄

        Aimé par 1 personne

      3. Oui je me mets ça de côté ! C’est vrai que je n’avais pas pensé aux différences éventuelles entre les pays 🙂 Je vais regarder ça

        Aimé par 1 personne

      4. Tiens ça me fait penser à « Grève générale » de Jack London, c’est une nouvelle dans laquelle il décrit l’irruption d’une grève générale des ouvriers qui ont tout soigneusement préparé depuis des mois et des mois, ont leurs stocks de nourritures cachés, et quand ils arrêtent de bosser (y compris les domestiques), les plus riches se retrouvent complètement pris au piège car ils ne savent rien faire

        Aimé par 1 personne

      5. La constitution d’un B.O.B( sac d’evacuaction) est très personnel, de plus, en cas d’évacuation, les réseaux routiers seront les premiers bloqués!

        Aimé par 1 personne

      6. Ah oui, en fait j’ai déjà commencé à en faire un mais j’ai oublié de le mettre dans ma liste. Merci 😊

        J'aime

  5. Pour cuisiner les oignons sans pleurer, il suffit de porter des lentilles ! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Ah ouais malin ! Ou des lunettes de piscine 😄

      J'aime

  6. Il est super ce blog, dans cet article, tu pars sur de bonnes bases et tu as des idées. C’est très bien. Pour t’aider un peu voici ce que je rajouterais à ta liste. Je n’ai d’ailleurs pas encore acquis toutes ces compétences, mais j’y travaille. Ce n’est que quelques suggestions.
    Autonomie alimentaire:
    S’intéresser a l’élevage familial.
    La volaille pour les oeufs et la viande, chèvre ou mouton pour le lait et la viande . On peut aussi se former à l’apiculture pour obtenir du miel.
    Il faut aussi apprendre à tuer proprement son animal de ferme et à découper la carcasse… ça, c’est moins évident.
    Communication :
    Je pense que des compétences en radio amateur (CB) peuvent être intéressantes. Sinon pour ma part j’ai opté pour la Baofeng UV-5R c’est une radio Talkie-walkie VHF/UHF bien moins chère et plus facilement utilisable pour moi qu’une CB.
    La débrouille:
    Je pense qu’il faut s’équiper d’outillage en tout genre pour réparé, bricolé et entretenir sa voiture/maison et autres… l’objectif est de faire des économies et d’apprendre encore plus de compétence.
    L’eau:
    J’ai investi dans un filtre à eau type berkey pour la résilience familiale et des jerricans pour transporter de l’eau en cas de besoin.
    Cuisson des aliments:
    Une plaque de cuisson a gaz type camping et une bonbonne de gaz est un plus en cas de panne d’électricité ou de gaz.
    Hygiène et la santé:
    Il faut penser à faire des stocks de médoc type désinfectant et antidouleurs ainsi que des tampons hygiéniques et des compresses.
    Transport:
    On peut envisager de passer différents permis .Comme le permis bateau par exemple. Il faut aussi apprendre à nager si ce n’est pas acquis.
    Voilà pour ma petite contribution, V-sty stevens

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Je vais compléter ma liste grâce à ta contribution 😊😊

      J'aime

    2. Est ce que tu utilises les tampons hygiènique pour autre chose que les règles ? Car pour ça j’ai déjà ma cup et des shl 😊

      J'aime

      1. Oui cela peut servir de pansement occlusif. Par exemple bouché une plaie par balle et arrêter une hémorragie. En situation extrême ça peut être utilisé comme allume feux.

        J'aime

    3. Oh et je voulais te demander ce que tu pensais des tiny house ? J’hésite à m’en faire une car pour la déplacer il faut forcément une voiture (que je n’ai pas) et donc du pétrole (pas très résilient). Mais je me dit aussi que ça pourrait être chouette d’avoir mon chez moi. Je n’arrive pas à me faire un avis. De ton côté qu’en penses-tu ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close